UFG: Urban & Forest Garden. Jardin-forêt du Perche, Normandie, 61.

UFG – Inspire the Green Generation

Historique des lieux

UFG Créateur et Explorateur de Jardin Urbain et Forêt-Jardin explique pour la première fois après deux années de travail les détails du design de son Jardin-Forêt.

UFG ce sont 2 jardins. Un Jardin Urbain situé dans les Boucles de la Seine, dans les Yvelines, en Zone 7a et La Crème, le jardin-forêt du Perche. La Crème est dans le Perche Ornais, en Normandie, en Zone 7a également. Pour en savoir plus rendez-vous sur @urban_french_garden sur Instagram et www.urbanfrenchgarden.

Description du jardin-forêt du Perche

Un herbage de deux hectares en jachère depuis 5 ans, dans le Perche Ornais, en Normandie sous la plume d’un design de Jardin-Forêt qui dans 20 ans sera une véritable réserve … Un jardin sauvage habité par les animaux.

La Crème, c’est son nom, est en partie recouverte de fougères aigle, de roncier et autres pionniers. Partout, on y trouve aujourd’hui de jeunes arbres (chênes, frênes, noisetiers, poiriers sauvages, prunelliers, châtaigniers, noyers, bouleaux, saules, sureaux, houx, merisiers, aubépines). Nous avons déjà introduit: chênes doux, noisetiers byzantin, osages, noyers, hêtres, noisetiers commun, etc. Un certain nombre de noyaux en tout genre également.

Est-ce que l’eau est présente sur place ? Disons qu’il n’y a ni rivière, ni source, ni puit. Elle est donc considérée comme non présente. Mais deux hectares de terre récupèrent beaucoup d’eau. On va donc devoir travailler ce point … 1 mm de précipitation correspond à un volume de 1 litre par mètre carré. Ainsi une pluie de 10 mm représente 10 L d’eau par m2 soit 200 000 Litres d’eau pour 2 hectares ! Soit pour une année comme 2021: 14 000 000 de litres d’eau tombés sur le sol de La Crème pour 700 mm de précipitations. Que faire dans ce cas ? Tout faire pour que l’eau reste le plus longtemps possible sur le terrain, c’est-à-dire l’aménager en conséquence et planter des arbres jeunes, au bon moment de l’année, au bon endroit dans le terrain pour qu’ils soient le plus autonome possible. …. Le plus longtemps possible ne signifie pas stocker l’eau afin qu’elle ne soit plus disponible pour la nature, mais de faire en sorte qu’elle reste, qu’elle parcourt, qu’elle humidifie, qu’elle s’infiltre et circule au mieux suivant nos objectifs.

Avons-nous fait un design global ?

Oui, en effet, avec deux ans d’observation ! Partageons une synthèse.

Nous avons noté l’évolution des arbres déjà présents, les vents, les micro-climats, les animaux, les infiltrations d’eau ici ou là, les zones sèches, la course du soleil des différentes saisons, les positions de ce derniers aux solstices, les pentes, les gouffres, les plats. Nous avons pris de nombreuses notes et travaillé sur plans et calques. Les fils des lignes électriques ont été placé sur le plan, vérifié la taille maximale des arbres aux abords, etc.

Sur une grande surface, le terrain est une sorte de cirque romain. En effet, il y a 100 mètres de dénivelé entre le point le plus haut du terrain et le point le plus bas, cela signifie beaucoup, notamment concernant la gestion de l’eau (cf. le paragraphe précédent). Nous avons donc décidé de créer des baissières sur les courbes de niveau dans le but de maximiser la répartition et l’infiltration de l’eau. Un certain nombres d’arbres viendront coiffer les buttes en aval des baissières, de sorte qu’ils aient un accès simplifié à l’eau et l’humus s’étant accumulé. Un meilleur accès à l’humidité pour les jeunes plants, c’est pour eux, gagner du temps et de la santé.

Caractéristiques du lieu : pluviométrie annuelle, ensoleillement et type de sol

Vous l’aurez compris, La Crème est un jardin-forêt, ce qui sous-entend, des cultures d’arbres et de plantes en multi-étages. La coutume parle de 7 strates. C’est l’idée.

De manière générale, comme l’indique Météo-France, « l’année 2022 (a été) l’année la plus chaude jamais enregistrée en France depuis le début du XXe siècle« . Les précipitations bien que non complètes à ce jour pour 2022 ont certainement été impactées de la même manière, je n’ai pas les chiffres exactes au moment où j’écris mais j’estime qu’elle seront entre 700 et 800 mm.

Nous bénéficions d’un ensoleillement normand, cela peut en faire sourire certains, moi le premier. On est donc en dessous de 1750 heures d’ensoleillement à l’année. La parcelle et les pentes sont exposées Nord / Nord-Est. Le gel peut donc tout à fait frapper à la porte et créer des dégâts.

Nous avons parlé d’eau et de soleil, paramètres fondamentaux en agriculture, n’oublions donc pas le sol, ce serait oublier le principal, en quelques sortes… notre sol est Argilo-sableux. Il a une bonne rétention d’eau, tout en restant drainant par nature, grâce à sa charge en silice (Rédoxisols 74% selon le Référentiel Régional Pédologique de l’Orne). Nous sommes à la fin, mais toujours sur la géologie du Bassin Parisien.

Nous vivons avec les animaux sauvages du lieu, c’est à dire de Normandie, enfin plus précisément du Perche Ornais. Par exemple, nous y voyons régulièrement des chevreuils, des blaireaux, des renards, des lapins, des chouettes, toutes sortes d’oiseaux, notamment et je les aime beaucoup les hirondelles rustiques, etc.

Encore une fois, les deux meilleures manières de nous suivre sont les suivantes: rendez-vous sur @urban_french_garden sur Instagram et www.urbanfrenchgarden.com .

A bientôt ! UFG.